Pause littéraire : Pénélope

Publié par Marie-France Chocot

Au cœur du tissu des récits d'aventures épiques, je vous invite par cette courte lecture à retrouver Pénélope quelques instants. Sublime Pénélope qui reste gravée dans nos mémoires comme une femme déterminée à préserver, envers et contre tout, son amour pour Ulysse.

N'hésitez pas à lire à haute voix comme le suggère Jean-Pierre Vernant.

 

De L'Univers, les dieux, les hommes de Jean-Pierre Vernant

Avant propos :

Le mythe n'est lui aussi vivant que s'il est encore raconté, de génération en génération, dans le cours de l'existence quotidienne. Sinon, relégué au fond des bibliothèques, figé sous forme d'écrits, le voilà devenu référence savante pour une élite de lecteurs spécialisés en mythologie.

 

Extrait du chapitre intitulé : Ulysse ou l'aventure humaine

Ulysse sur l'ile de Calypso :

. Impossible oubli

Il était parti tout seul sur un promontoire face à la mer qui moutonnait immensément devant lui, il pleurait de toutes les larmes de son corps. Il se liquéfiant proprement. Tout ce qu'il avait en lui de vitalité humide lui sortait par les yeux, par la peau, il n'en pouvait plus. Pourquoi ? Parce qu'il avait au cœur le regret de sa vie passée, le regret d'Ithaque et de sa femme Pénélope.

Calypso ne pouvait pas ne pas savoir qu'Ulysse pensait encore au retour, qu'il était l'homme du retour....

Calypso : Tu es tellement attaché à Pénélope, tu préfères Pénélope à moi ? Tu la trouves plus belle ?

Ulysse : Mais voyons pas du tout, tu es une déesse, tu es plus belle, tu es plus grande, tu es plus merveilleuse que Pénélope, je le sais bien. Mais Pénélope, c'est Pénélope, c'est ma vie, c'est mon épouse, c'est mon pays.

Calypso : Bien, je comprends.

Alors ... elle l'aide à construire un radeau. Ensemble ils coupent les arbres, ils les ajustent pour former un radeau solide pourvu d'un mât. Ainsi Ulysse quitte Calypso et une nouvelle série d'aventures commence.

Parallèlement à Ithaque :

...pendant les 10 années, une centaine de prétendants, considérant qu'Ulysse était mort, ou du moins disparu à jamais, vivent dans sa maison. Ils s'y retrouvent, y passent leur temps, ils y mangent, y boivent, ruinant les troupeaux, vidant les réserves de vin et de blé en attendant que Pénélope se décide pour l'un d'entre eux, ce qu'elle ne veut pas faire. Elle a employé mille ruses, elle a prétendu qu'elle ne pouvait pas se marier avant d'être sûre que son mari soit mort. Ensuite qu'elle ne pouvait pas se marier avant d'avoir préparé pour son beau-père un linceul, une toile dans laquelle on l'ensevelirait. ... Pénélope, dans sa chambre, tisse sa toile tout le jour, mais, le soir venu, défait tout le travail. Ainsi, pendant presque deux ans, elle a pu abuser les prétendants en arguant que l'ouvrage n'était pas achevé. Mais une des servantes a fini par révéler la vérité aux prétendants qui exigent alors une décision de Pénélope.

Ulysse de retour à Ithaque

. Un mendiant équivoque

Ulysse prend l'arc des mains et dit, toujours sous l'apparence d'un pauvre mendiant : "Je vais essayer à mon tour." Naturellement les prétendants l'injurient : "Tu es fou, tu as perdu la tête, tu n'imagines pas que tu vas épouser la reine ?" Pénélope réplique qu'il n'est dans son cas pas question de mariage mais de sa seule compétence dans le tir à l'arc. Ulysse déclare qu'il ne veut évidemment pas l'épouser mais que jadis il tirait bien et qu'il veut voir s'il en est encore capable. "Tu tu moques de nous" protestent les prétendants, mais Pénélope insiste : "Non, laissez-le faire, s'il réussit, cet homme qui a vu autrefois mon mari dans sa jeunesse, je lui offrirai beaucoup de cadeaux, je l'installerai, je lui donnerai les moyens d'aller ailleurs, je le tirerai hors de sa condition misérable de mendiant, je l'établirai."

. Un secret partagé

Ulysse plus tard dans la journée a été métamorphosé par Athéna pour reprendre ses traits propres :

Ulysse avec vingt ans de plus. Il se retrouve donc face à face à Pénélope dans toute sa beauté de héros et celle-là n'arrive toujours pas à se décider à le reconnaître.

..."Si cet homme est bien le seul et l'unique Ulysse nous nous retrouverons parce qu'il y a entre nous un signe secret et sûr, un signe irréfutable que nous sommes, lui et moi, seuls à connaître. Ulysse sourit, il se dit que tout va bien. Comme elle est maligne, au soir couchant, elle demande à ses servantes d'apporter le lit de sa chambre pour Ulysse parce qu'ils ne vont pas dormir ensemble. A peine a t elle donner ces ordres qu'Ulysse voit rouge, il rentre dans une véritable fureur : "Quoi, apporter ici le lit ! Mais ce lit, on ne devrait pas pouvoir le déplacer ! - Pourquoi ? - Parce que, s'exclame Ulysse, ce lit c'est moi qui l'ai construit ; je ne l'ai pas dressé mobile sur quatre pieds, un de ses pieds, c'est un olivier enraciné dans la terre, c'est sur cet olivier, taillé et coupé, à partir de lui, intact dans le sol, que j'ai bâti cette couche. Elle ne peut pas bouger." A ces mots, Pénélope tombe dans ses bras : "Tu es Ulysse."

 

"Accord de pensée et de sentiment",

Amour construit sur un socle solide, Indestructible amour.

Récits d'aventures épiques et mythologie

Récits d'aventures épiques et mythologie

Publié dans Pause littéraire